Tarifs livraison
Frais de port
Points euros remise
Paiement sécurisé
parrainage
Colissimo suivi
Mondial Relay
loader_big.png

Cartes et géographie-L'Île du Prince-Edouard





La province de l'Île-du-Prince-Édouard (en anglais: Prince Edward Island) est située dans les Maritimes; c'est la plus petite province du Canada, tant au point de vue géographique (5657 km²) qu'au point de vue démographique (134 000 habitants).

Cartes et géographie-L'Île du Prince-Edouard

géographie


La province de l'Île-du-Prince-Édouard (en anglais: Prince Edward Island) est située dans les Maritimes; c'est la plus petite province du Canada, tant au point de vue géographique (5657 km²) qu'au point de vue démographique (134 000 habitants). Située dans le golfe du Saint-Laurent, l'île est séparée de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick par le détroit de Northumberland, où depuis 1997 le pont de la Confédération (12,9 km) relie l'île au Nouveau-Brunswick. En forme de croissant, l'île s'étire sur 224 kilomètres de long et sa largeur varie entre 6 et 64 kilomètres. Administrativement, la province est divisée en trois comtés: Prince à l'ouest, Queens au centre et Kings à l'est . La capitale de la province est Charlottetown. La province de l'Île-du-Prince-Édouard est entrée dans la Confédération le 1er juillet 1873 en tant que 7e province.

En français, on écrit avec une minuscule initiale (et sans trait d'union) île du Prince-Édouard si l'on veut désigner l'île elle-même, mais Île-du-Prince-Édouard s'il s'agit de la province.

Au plan linguistique, l'Île-du-Prince-Édouard est très homogène, puisque 92,1 % des habitants parlent l'anglais comme langue maternelle (2011). Les francophones, dont des Acadiens, sont 5195, soit 3,7 % de la population. On dénombre quelque 1000 autochtones (Micmacs) à l'Île-du-Prince-Édouard.

Population
(2012)
Anglais Français Autres langues
138 435
127 635
(92,1 %)
5 195
(3,7 %)
4 860
(3,5 %)

Pour ce qui est des Acadiens, ils sont regroupés surtout à Wellington, puis à Tignish, Miscouche et Summerside. L'anglais est la langue officielle de facto et le gouvernement a toujours privilégié jusqu'à récemment la non-intervention dans le domaine linguistique.

Les deux tiers des Acadiens habitent dans l'ouest de l'île, soit dans le comté de Prince, où ils représentent près de 10 % (environ 3700 personnes) de la population locale. Seule la région d'Évangéline (qui rassemble les paroisses de Baie-Egmont, Mont-Carmel et Wellington, englobant à leur tour une douzaine de villages comme Urbainville, Saint-Raphaël, Abrams-Village, Saint-Chrysostome, Petit-Cap, Grand-Cap, Saint-Philippe, etc.) est demeurée majoritairement francophone. On observe une autre concentration importante d'Acadiens à Summerside et dans les localités limitrophes de St. Eleonors, Miscouche et Rustico. On compte aussi quelques petites communautés acadiennes dans le nord du comté de Prince, soit dans les localités de Tignish, Palmer Road et St. Louis.

Il existe d'autres communautés francophones dans le comté de Queens , où ils forment environ 2 % (environ 1600 personnes) de la population totale; la plus forte concentration d'Acadiens se trouve dans la subdivision administrative de Charlottetown. Le comté de Kings rassemble les autres francophones de l'île, soit environ 3 % des Acadiens formant moins de 1 % (environ 160 personnes) de la population totale de cette région. Auparavant, plusieurs petits villages de l'est abritaient des Acadiens: Saint-Charles, Souris, Rollo Bay, Georgetown, etc., mais aujourd'hui le français n'est à peu près plus utilisé. Bien que les francophones de l'Île-du-Prince-Édouard soient peu nombreux (5195 locuteurs en 2011), ils sont relativement concentrés dans les comtés de Prince et Queens, ce qui leur permet un certain poids politique.

Quant aux autochtones, ils sont peu nombreux dans cette province : 1730 personnes, lors du recensement de 2006. De ce nombre, quelque 82 % parlaient l'anglais comme langue maternelle. Moins de 200 individus parlaient encore une langue amérindienne: le micmac (185 loc. sur 500 membres) et l'inuktitut (10 loc.). Vingt locuteurs autochtones avaient le français comme langue maternelle.


LE CLIMAT

Le climat de l'Île est tempéré. Les hivers y sont longs mais relativement doux, les printemps tardifs et frais, les étés frais et marqués par des vents dominants du sud-ouest. Les températures moyennes atteignent environ - 7°C en janvier et février et 18°C en juillet.

Contrairement aux provinces voisines, le brouillard y est plutôt rare, et ce, tout au long de l'année. Les précipitations annuelles moyennes s'établissent à 122 cm, ce qui procure un approvisionnement adéquat en eau souterraine. Au cours de l'été, les eaux du golfe du Saint-Laurent et du détroit de Northumberland sont plus chaudes que les eaux littorales de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick, bien qu'en hiver elles soient figées par le gel et qu'il faille recourir aux BRISE-GLACE pour maintenir la circulation sur les routes maritimes. Aussi tardivement qu'à la fin de mai, on observe souvent des glaces flottantes dans les eaux de l'Île, ce qui nuit à la pêche et retarde l'arrivée du printemps.

Histoire et armoiries - Haut de page - Retour accueilimagesfleche.jpg



Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus
OK