Tarifs livraison
Frais de port
Points euros remise
Paiement sécurisé
parrainage
Colissimo suivi
Mondial Relay

Histoire

Une coutume héritée des peuples amérindiens

 

Bien avant l’arrivée des colons européens en Amérique du Nord, les tribus amérindiennes de l’est du Canada et du nord-est des États-Unis auraient découvert comment recueillir la sève des érables et la transformer en sirop d'érable.

Certains racontent que les chiens des Amérindiens, par leur comportement, auraient mis la puce à l’oreille de leurs maîtres: une branche s’était cassée et les chiens se bousculaient tout autour pour lécher la sève qui coulait, et c’est ainsi que les Amérindiens eurent l’idée d’y goûter.

Une autre version indique qu’un petit écureuil grimpa le long d’un tronc d’arbre et mordit une branche… et se mit à boire. Un Amérindien au bas de l’arbre le regardait et se demandait pourquoi, puisqu’une source d’eau fraîche coulait tout près. Il imita l’écureuil en faisant une fente de son couteau… quelle surprise! Jusqu’alors, sa tribu ne trouvait du sucre que dans les fruits sauvages. Et voilà un arbre qui pleure du sucre en larmes de cristal. En plus, il venait de découvrir un remède contre le scorbut dont les siens souffraient souvent au printemps. Tout ça parce qu’il avait regardé et imité un écureuil se désaltérer avec la sève d’un érable…

Micmac

Par une journée de tôt printemps, alors que le vent était encore frisquet, une vieille femme Micmac alla ramasser la sève des érables et, comme elle goûte meilleure chaude, elle en mit dans un pot qu’elle plaça au-dessus de son feu de teepee. Fatiguée, elle alla s’étendre pour se reposer. Lorsqu’elle se réveilla, le soir était déjà là. Dans le pot, elle trouva un sirop doré, clair et sucré.

Algonquin

Le chef prit son tomahawk de l’érable dans lequel il l’avait enfoncé la veille. Comme le soleil montait dans le ciel, la sève se mit à couler. Sa femme la goûta et la trouva bonne. Elle s’en servit pour cuire la viande: ce qui lui évita d’aller à la source pour chercher de l’eau. Le goût sucré et l’odeur douce furent très appréciés par le chef. Il appela le sirop dans lequel avait bouilli la viande, Sinzibuckwud, mot algonquin qui veut dire « tiré des arbres ».

Iroquois

Par un matin froid et piquant, il y a fort longtemps, un chef iroquois du nom de Woksis sortit de sa hutte. Puisqu’il devait aller à la chasse, il retira son tomahawk de l’érable dans lequel il l’avait plantée la veille au soir. Le tomahawk avait fait une profonde entaille dans l’arbre mais Woksis n’y fit pas attention. Il partit chasser.

Un récipient en écorce de bouleau était posé au pied de l’érable. Goutte à goutte, la sève qui ressemblait à de l’eau s’écoula de l’entaille faite dans le tronc de l’érable et remplit le récipient.

Le lendemain, la femme de Woksis remarqua que le récipient était plein. Pensant que la sève incolore était de l’eau, elle s’en servit pour faire un ragoût de gibier.

Le soir venu, au souper, Woksis sourit et dit à sa femme: « Ce ragoût est délicieux. Il a un goût sucré. »

N’y comprenant rien, la femme trempa son doigt dans le ragoût qui avait mijoté tout l’après-midi. Woksis avait raison: le ragoût était sucré. On venait de découvrir le sirop d’érable!

 

La légende de Nokomis (La terre)

Cette légende nous raconte que Nokomis aurait été la première à percer des trous dans le tronc des érables et à recueillir directement le sirop d’érable. Manabush, constatant que cette sève était un sirop prêt à manger, alla trouver sa grand’mère et lui dit :

« Grand’mère, il n’est pas bon que les arbres produisent du sucre aussi facilement. Si les hommes peuvent ainsi sans effort recueillir du sucre, ils ne tarderont pas à devenir paresseux. Il faut tâcher de les faire travailler. Avant qu’ils puissent déguster ce sirop exquis, il serait bon que les hommes soient obligés de fendre du bois et de passer des nuits à surveiller la cuisson du sirop. »

Il n’en dit pas plus long, mais craignant que Nokomis ne fût indifférente à ses paroles et qu’elle n’omît de prendre des mesures pour empêcher les hommes de devenir paresseux, il grimpa au haut d’un érable avec un vaisseau rempli d’eau et en versa le contenu à l’intérieur de l’arbre dissolvant ainsi le sucre qui se trouvait dans l’érable. »

Depuis ce temps, toujours selon la légende, au lieu d’un sirop épais, la sève contient 1% à 2% de sucre, et, pour obtenir du sucre, il faut dorénavant travailler.

Le dieu Nanabozho

Il y a bien longtemps, du sirop pur, comme celui dont on arrose ses crêpes, coulait des érables. Lorsque le dieu Nanabozho y goûta, il le trouva tellement bon qu’il se dit que les habitants de la Terre n’apprécieraient pas ce sirop s’ils pouvaient se le procurer aussi facilement. Nanabozho ajouta donc de l’eau à l’épais sirop fourni par l’arbre, tellement d’eau que le liquide finit par ressembler à de l’eau sucrée. Il dissimula ensuite cette sève au plus profond de l’arbre. Depuis ce temps-là, les hommes doivent travailler fort pour obtenir du sirop d’érable.

 

 L’arrivée des premiers colons et le sirop d'érable

sans-titrecolon.png
Dès les premiers jours de la colonie, ce sont les amérindiens qui apprennent à nos ancêtres à entailler le tronc de l’arbre au début du printemps, à recueillir la sève et à la faire bouillir. Cette pratique passe rapidement dans les mœurs des colons pour qui le sirop constitue aux 17e et 18e siècles une importante source de sucre et d'énergie.

Les premiers colons faisaient bouillir la sève d’érable dans des chaudrons de fer. Utilisant des abris rudimentaires pour se protéger, ils allaient « courir » les sucres. C’était pour eux, comme pour nous aujourd’hui, une période de réjouissance qui signifiait la fin de l’hiver et l’arrivée du printemps.

Source : Fédération des producteurs acéricoles du Québec, www.siropderable.ca

Haut de pageimagesfleche.jpg



Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus
OK